A propos Giorgio Cadorini

Frioulan émigré en République tchèque. Enseignant–chercheur de linguistique romane à l'Université de Silésie d'Opava.

Hérodote et le byssus

Produit de tâche 3.13 (Tâche 3.11)

Les moules se lient au fond de la mer à l'aide de liens en byssus.

Une moule liée au fond par son byssus.

Le chapitre 195 dans le IVe livre des « Histoires » de Hérodote atteste qu’au Ve siècle av. J.–C., au moins sur une île de la côte carthaginoise le tissage du byssus était pratiqué. À cette époque ; la technique n’en était pas encore connue dans la Méditerranée orientale, bien que le tissu y fût déjà connu.

Le byssus est une sécrétion fibreuse de certaines espèces de mollusques qui au contact de l’eau devient gluante et leur permet d’adhérer au fond. En Méditerranée, depuis l’antiquité on fabrique avec le byssus de la grande nacre (Pinna nobilis) un fil aux reflets dorés. La production de byssus des mollusques est naturellement très limitée et la récolte demande de plonger ; par conséquent le fil est très précieux.

Le fil de byssus rappelle l'or.

Des fils de byssus.

Voici le chapitre en question ; Hérodote vient de parler du pays des Gyzantes.

IV 195. [1] κατὰ τούτους δὲ λέγουσι Καρχηδόνιοι κεῖσθαι νῆσον τῇ οὔνομα εἶναι Κύραυιν, μῆκος μὲν διηκοσίων σταδίων, πλάτος δὲ στεινήν, διαβατὸν ἐκ τῆς ἠπείρου, ἐλαιέων τε μεστὴν καὶ ἀμπέλων. [2] λίμνην δὲ ἐν αὐτῇ εἶναι, ἐκ τῆς αἱ παρθένοι τῶν ἐπιχωρίων πτεροῖσι ὀρνίθων κεχριμένοισι πίσσῃ ἐκ τῆς ἰλύος ψῆγμα ἀναφέρουσι χρυσοῦ. ταῦτα εἰ μὲν ἔστι ἀληθέως οὐκ οἶδα, τὰ δὲ λέγεται γράφω· εἴη δ᾽ ἂν πᾶν, ὅκου καὶ ἐν Ζακύνθῳ ἐκ λίμνης καὶ ὕδατος πίσσαν ἀναφερομένην αὐτὸς ἐγὼ ὥρων. [3] εἰσὶ μὲν καὶ πλεῦνες αἱ λίμναι αὐτόθι, ἡ δ᾽ ὦν μεγίστη αὐτέων ἑβδομήκοντα ποδῶν πάντῃ, βάθος δὲ διόργυιος ἐστί· ἐς ταύτην κοντὸν κατιεῖσι ἐπ᾽ ἄκρῳ μυρσίνην προσδήσαντες καὶ ἔπειτα ἀναφέρουσι τῇ μυρσίνῃ πίσσαν, ὀδμὴν μὲν ἔχουσαν ἀσφάλτου, τὰ δ᾽ ἄλλα τῆς Πιερικῆς πίσσης ἀμείνω. ἐσχέουσι δὲ ἐς λάκκον ὀρωρυγμένον ἀγχοῦ τῆς λίμνης. ἐπεὰν δὲ ἀθροίσωσι συχνήν, οὕτω ἐς τοὺς ἀμφορέας ἐκ τοῦ λάκκου καταχέουσι. [4] ὁ τι δ᾽ ἂν ἐσπέσῃ ἐς τὴν λίμνην, ὑπὸ γῆν ἰὸν ἀναφαίνεται ἐν τῇ θαλάσσῃ· ἣ δὲ ἀπέχει ὡς τέσσερα στάδια ἀπὸ τῆς λίμνης. οὕτω ὦν καὶ τὰ ἀπὸ τῆς νήσου τῆς ἐπὶ Λιβύῃ κειμένης οἰκότα ἐστὶ ἀληθείῃ.

(Herodotos, Ἱστοριῶν βίβλοι θʹ ἐπιγραφόμεναι Μοῦσαι [online]. Internet (25.3.2015):
<https://www.hs-augsburg.de/~harsch/graeca/Chronologia/S_ante05/Herodot/her_his4.html>
Textus secundum editionem A. D. Godley, London 1920/24 ex paginis Perseus cum multis correctionibus; capitula secundum editionem Caroli Hude, Oxford 1927.)

IV 195. Auprès de ce pays est, au rapport des Carthaginois, une île fort étroite, appelée Cyraunis ; elle a deux cents stades de long. On y passe aisément du continent ; elle est toute couverte d’oliviers et de vignes. Il y a dans cette île un lac, de la vase duquel les filles du pays tirent des paillettes d’or avec des plumes d’oiseaux frottées de poix. J’ignore si le fait est vrai ; je me contente de rapporter ce qu’on dit : au reste, ce récit pourrait être vrai, surtout après avoir été témoin moi-même de la manière dont on tire la poix d’un lac de Zacynthe. Cette île renferme plusieurs lacs : le plus grand a soixante-dix pieds en tout sens, sur deux orgyies de profondeur. On enfonce dans ce lac une perche à l’extrémité de laquelle est attachée une branche de myrte ; on retire ensuite cette branche avec de la poix qui a l’odeur du bitume, mais qui d’ailleurs vaut mieux que celle de Piérie. On jette cette poix dans une fosse creusée près du lac ; et, quand on y en a amassé une quantité considérable, on la retire de la fosse pour la mettre dans des amphores. Tout ce qui tombe dans le lac passe sous terre, et reparaît quelque temps après dans la mer, quoiqu’elle soit éloignée du lac d’environ quatre stades. Ainsi ce qu’on raconte de l’île qui est près de la Libye peut être vrai.

(Hérodote, Histoires, livre IV : Chapitres 190–199
<http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/herodote_historiae_04/lecture/20.htm>
Histoire d’Hérodote traduite du grec par Larcher, avec des notes de Bochard, Wesseling, Scaliger, Casaubon, Barthélémy, Bellanger, Larcher, etc… en 2 volumes. Paris, Lefevre et Charpentier 1842.)

Nous intéresse en premier lieu le paragraphe 2. Nous y trouvons les éléments suivants :

  • l’île de Kúrhauis ;
  • une λίμνη ;
  • des jeunes filles ;
  • des paillettes d’or ;
  • des plumes ;
  • de la poix = du bitume.

Voici comme on peut interpréter le passage en function du tissage du byssus :

λίμνην δὲ ἐν αὐτῇ εἶναι, ἐκ τῆς αἱ παρθένοι τῶν ἐπιχωρίων πτεροῖσι ὀρνίθων κεχριμένοισι πίσσῃ ἐκ τῆς ἰλύος ψῆγμα ἀναφέρουσι χρυσοῦ.

« Il y a dans la région de cette île un haut-fond, sur lequel les grandes nacres vivent et les filles du pays en tirent la sécrétion gluante avec laquelle elles obtiennent du fil très mince qui ressemble l’or. » Ce peut être à mon avis ce que les informateurs carthaginois auraient voulu dire.

La liste des éléments prend maintenant cette forme :

  • l’île de Kúrhauis ;
  • une λίμνη = un haut-fond ;
  • des jeunes filles ;
  • des paillettes d’or = des fils très minces qui ressemblent l’or = les fils de byssus préparés pour le tissage ;
  • des plumes = les grandes nacres ;
  • de la poix = la sécrétion gluante = le byssus dans l’eau, avant la préparation pour le tissage.

Les premiers trois éléments de la liste ne posent pas des problèmes de traduction. Les trois derniers, au contraire, ne sont admissibles qu’à condition d’analyser la rencontre entre Hérodote et les Carthaginois et la façon dont ils ont pu communiquer.

En premier lieu il est évident que la communication sur ce point fut imparfaite. Hérodote considère ces Carthaginois des informateurs de confiance, mais il sent la nécessité de compléter leur récit en comparant l’activité des jeunes filles avec l’extraction du bitume sur l’île de Zante.
Si nous croyons qu’il s’agit de byssus et pas de bitume proprement dit, nous pouvons expliquer le malentendu avec des mauvaises interprétations de la polysémie des mots grecs et puniques employés dans la communication. Donc Hérodote communiquait avec les Carthaginois en grec : ou bien l’un d’entre eux connaissait la langue ou bien il recourraient à un interprète.

L’expression la plus compliquée à décoder, mais aussi la preuve définitive est πτεροῖσι ὀρνίθων “avec des plumes d’oiseaux”. À propos du fil de byssus, deux langues au moinsde la Méditerranée désignent la grande nacre d’un nom qui signifie “plume” : le latin (pinna) et le serbe/croate/bosnien (periska). Je vois une motivation immédiate du nom dans une métaphore fondée sur la forme de chaque valve de la coquille, qui rappelle justement une plume.

La forme des valves de la grande nacre rappelle une plume d'oiseau..

Grande nacre (Pinna nobilis)

Mon hypothèse est que l’informateur dans sa langue désignait la grande nacre avec la métaphore de la plume et qu’il la traduisit (lui ou l’interprète) en grec par πτερόν, inapproprié dans cet usage. La référence aux oiseaux, au contraire, n’aurait pas était prononcée par les informateurs, mais bien ajoutée par Hérodote ou par l’interprète.
De la première confusion depend le malentendu sur la poix, c’est-à-dire la sécrétion gluante du byssus (confondue avec le bitume), qui est à l’origine de la digression au moyen de laquelle Hérodote cherche à soutenir la crédibilité de ses informateurs carthaginois. Encore une fois il faut postuler que le mot utilisé par Hérodote dans le texte, πίσσα, était prononcé au moment de la communication, mais mal compris par le destinataire à cause de sa polysémie en grec. Cette mécompréhension montre que le grec était la langue de l’information dans la variante reçue par Hérodote. (Néanmoins il n’est pas exclus que la mécompréhension se fût produite tout d’abord au plan de la phonétique, étant donnée la ressemblance phonique entre les mots πίσσα et βύσσος.)

Or la confusion vient du fait que Hérodote ne connaissait pas le procédé de production du fil de byssus. Néanmoins il connaissait l’adjectif dérivé appliqué au tissu : en parle à propos de l’Égypte (σινδόνος βυσσίνης, Histoires II, 86, 6 – tissu de lin mêlé à du byssus ?). Le tissage du byssus, en effet, est attesté déjà dans la Bible au VIe siècle (Ézéchiel, 27:16), il était employé surtout pour de des tissus mélangés. Le Chroniques mettent le byssus en rélation avec la localité aujourd’hui inconnue de Beth-Achbéa.

Si Hérodote connaissait le tissu, mais pas le procédé de production du fil, on peut conclure qu’à son époque cette production dans la Méditerranée orientale n’était pas présente. Je postule que les centres de production se trouvaient sur la côte africaine, au moins dans la région fréquentée par les Carthaginois, qui l’apportaient en Asie et en Égypte.

Sur la côte africaine, outre le fil, on produisait aussi les tissus. Un indice en est donné du fait que la récolte est une compétence des jeunes filles, le tissage étant le plus souvent dans l’Antiquité une activité typiquement réservée aux femmes. Un autre indice tient au fait que la récolte et le tissage du byssus arrivèrent à Calasedda, la commune sarde où vit aujourd’hui la dernière pêcheuse-tisseuse, au cours du XVIIIe siècle, en même temps que les refugiés qui venaient d’abandonner la ville tunisienne de Tabarka. L’activité traditionnelle des Tabarquins était alors la pêche des corails, une autre forme d’exploitation des produits du fond marin.

Le vrai et le vieux

Le carnet contiendra le témoignage sur mon séjour LabexMed de deux mois à Aix-en-Provence chez le Centre Camille Jullian (CCJ). Le séjour a pour but d’établir un canal de communication entre les étymologistes du projet DÉRom (http://www.atilf.fr/DERom) et le CCJ pour les nécessités du composant sémantique des reconstructions étymologiques. Les billets vont informer sur des rencontres marquants pour la réalisation du projet et sur les résultats des épreuves de recherche en couple étymologiste–archéologue. Je mettrai à disposition aussi des liens à pages remarquables pour les lecteurs intéressés aux sujets traités. Je laisse l’espace libre pour les discussions.